Buffet de championne!!

Oh que je suis fière de moi ce matin!!! J’ai passé une excellente soirée et j’ai tellement bien mangé au buffet. Je dois dire que je m’étais gardé pas mal de points. Je souhaitais toucher le moins possible à mes points hebdomadaires. Je sais que j’y ai droit et j’ai dû en utiliser 5. C’est très bien!! Il ne faut pas oublier que c’est un buffet et que je souhaitais goûter à plein de choses….

Pour commencer, ma belle-mère ,qui ignore que je fais Weight Watchers, insistait pour que je prenne avec elle des martinis et du vin. Je refusais puis elle a m’a demandé sèchement: »As-tu une raison médicale? » Franchement! « Ça ne me tente pas » que je lui ai répondu… Je vais vous expliquer plus loin pourquoi je refuse qu’elle sache pour l’instant que je suis un programme de perte de poids…

1er « service »

Soupe aux légumes sans pain, sans biscottes… Yé!

2e « service »

D’habitude, j’aurais pris des salades de pâtes, de patates avec de la charcuterie (salami, proscuitto, saucisson)… Cette fois, j’ai choisi une salade d’épinards, de laitue printanière, de légumes, un peu de vinaigrette au citron et à l’orange et environ 1-2 oz de dinde en viande froide.

3e service

À ce moment-ci du repas, habituellement, j’aurais sauté sur les crevettes dans le lait de coco, sur les pâtes aux sauces crémeuses, sur les salades « à la mayo » et la friture. Hier, je me suis régalée tellement plus que d’habitude… Assiette de saumon fumé (1 pnt/oz), des sushis, des crevettes, des pétoncles… Une assiette faible en points, somme toute!

4e service

Hé oui! Je me suis rendue là… Je voulais goûter à l’osso bucco (2 bouchées), au sauté de boeuf et légumes (3 bouchées), au pavé de saumon succulent (il avait l’air sec, mais j’ai osé et il était super moelleux à l’intérieur) et aux légumes sautés… Je n’ai  pas tout mangé. J’étais pleine!! Et je voyais bien que les légumes et le boeuf devaient être sautés dans l’huile (que j’ai calculée…)

Pendant que mon mari et ma belle-mère se bourraient la face dans le dessert (3 desserts chacun…), moi, j’ai choisi un bon café. Honnêtement, s’ils avaient pris la tarte aux pacanes et le gâteau truffé au chocolat, j’aurais vraiment souffert. Mais ils ont pris des trucs qui me donnaient aucunement envie (jello, croustade aux pommes, crème caramel, pouding, pouding au pain… bof!).

J’avoue que le plus difficile fut au service de fromage. Mais dans ma tête, je me disais que je me sentais bien dans ma peau depuis des semaines, je n’allais pas gâcher cela. Je me suis répétée cela toute la soirée. Je m’étais mis sur mon 36 et, même si je suis très loin de mes objectifs, je me sens déjà différente. 22,2 livres, ce n’est quand même pas rien…

Petite parenthèse sur la soirée… Je vous ai dit que je vous expliquerais pourquoi je ne veux pas dire à ma belle-mère que je fais Weight Watchers. Elle commente TOUJOURS tout ce qui concerne nos assiettes, surtout celles de mon mari par exemple! À Noël, quand j’ai sorti le dessert, elle m’a dit: »Quoi? T’as encore faim, toé! » C’est Noël, j’ai fait un dessert, je le sortais. Au restaurant, quand on mange, elle nous dit fréquemment : »Mon Dieu que vous mangez vite! », « Moi, je n’ai plus faim, je ne sais pas comment vous faites! »… Hier, elle se levait sur sa chaise pour observer nos assiettes. Elle a commenté le nombre de fromages que mon mari a pris, elle lui demandait pourquoi il prenait du beurre, etc. Quand j’ai dit à mon mari avant le dessert: »Tu manges juste ça », elle s’est fait un plaisir d’énumérer tout ce qu’il avait mangé avant… Ça me met hors de moi!! Imaginez si elle savait… Vous devinerez qu’elle aussi a un problème de poids. Fin de la parenthèse****

Moi et mon mari, on déteste le casino. On n’a vraiment aucun intérêt à jouer, mais sa mère aime ça. On l’a laissée aller jouer et on est allés se promener. À l’intérieur, à l’extérieur…

Ce qui est drôle, c’est que je suis tombée sur mes deux frères. Il fêtait la fête du plus vieux de mes frères avec leurs amis. On la fête en famille lundi chez ma mère…

Puis, nous sommes arrêtés à la boutique du casino. Ça fait un bout que je regarde pour une montre. J’aime les montres qui ont de l’or rose ou plaqué à l’or rose. Il y en avait plein. Mais je ne suis pas du genre à décider de m’acheter une montre à 300-400$ sur un coup de tête. Mais je les adorais. Puis, je me suis fait la promesse que ce serait mon cadeau lorsque j’aurais 50 livres de perdues. Comme j’en ai beaucoup à perdre (env. 150 et +), ce sera mon premier gros objectif (présentement, je vise le 25 toutefois…). J’ai hâte!! Je n’ai pas encore trouvé mon coup de coeur mais voici ce que je trouve intéressant… Il y a comme une ligne conductrice… lol!

Je suis revenue de ma soirée tellement contente et fière de moi…. Merci la vie!!

Publicités

Je suis triste pour moi…

C’est ma pesée tantôt. Ça me stresse un peu… S’il fallait que ce ne soit pas bon. S’il fallait que ça soit comme la semaine passée (j’ai pris 3,8 lbs sans comprendre pourquoi). Mais bon, j’avais dit que je ne le faisais pas juste pour le chiffre (quoique finalement, c’est perdre du poids le but…)!!

Si je m’installe à l’heure du souper pour vous écrire, c’est pour rédiger un billet plutôt triste. Dernièrement, vous avez sûrement entendu parler de Maryse, la jeune femme qui s’est fait opérer pour perdre du poids et qui a posé nue avec les ravages qu’une telle perte de poids peut causer. Ça ne fait pas l’unanimité. Plusieurs aspects dans son discours blessent des gens. Pour moi, j’avoue que ce que ça me fait, c’est de la peine. Voici pourquoi…

Quand je la regarde, je vois une femme démolie. Un champ de guerre. Et vous savez quoi? Mon corps le sera probablement aussi. J’ai déjà perdu du poids, je sais ce que ça fait. Et là, j’en ai beaucoup à perdre. Malgré les crèmes, l’exercices, le temps que je prendrai certainement de plus qu’elle, je sais que je porterai à jamais ces stigmates. C’est déprimant, oui. Mais savez-vous ce qui m’attriste encore plus? C’est que c’est moi qui me suis détruit à ce point. Il a fallu que je ne m’aime pas beaucoup pour me faire ça. Et c’est ce qui me fait le plus mal. J’ai donc ben manqué d’amour, de tendresse, de compassion envers ma propre personne. C’est triste…

J’ai surtout été, et je suis encore, malade « mentalement ». Pour moi, c’est clair. Si j’en suis là, c’est que j’ai passé ma vie entière à me battre contre la nourriture. Vous savez que lorsque j’étais bébé, on a dû me gaver. J’étais trop maigre…  Depuis longtemps, avec la nourriture, je me récompense, je me console, je me réconforte, etc. Le seul sentiment qui m’arrête de manger, c’est l’anxiété. Je préfère encore engraisser à vivre de l’anxiété…Ce que j’essaie de dire, c’est que mon problème est loin d’être régler et il ne le sera peut-être jamais. J’aurai toute ma vie à apprendre à gérer cela. On n’efface pas 38 ans d’habitude en quelques semaines.

Je souhaite perdre du poids pour ma santé. Mon apparence? Pour l’instant, j’avoue que j’ai abdiquée depuis des années à ressembler à la majorité des femmes. C’est sûr que je veux être mieux…. mais bon. Ce qui me préoccupe, c’est ma santé et mon bien-être. Si on racontait aux gens ce que les obèses morbides vivent, je pense qu’on nous croirait pas. Cette semaine, des collègues parlaient de « Maryse ». Ils étaient surpris que parfois elles avaient eu à s’inquiéter pour les chaises au restaurant. Heu, allo!! Moi, à la Cage aux Sports, c’est impossible de m’asseoir dans leurs chaises. Je me suis déjà fait des bleus à essayer de rentrer pas orgueil et j’ai passé des heures à avoir peur de ne pas sortir. La prochaine fois que vous y irez, regardez bien les chaises…

La semaine passée, en m’assoyant sur une banquette, ma belle-mère m’a demandé si je « fittais (et oui, je fittais… toujours aussi fine la belle-mère…). Et vous savez que je ne suis pas allée me faire masser depuis des lunes, car j’ai peur que la table de massage ne me supporte pas…

Oui, je suis rendue là dans ma vie et c’est ce qui me rend triste. Et tout le temps que je m’y suis rendue, je savais très bien ce que je faisais. Mais c’était plus fort que moi. Comme l’alcoolique, comme le joueur compulsif, comme le drogué, comme tous ces gens-là, j’ai une béquille qui, pour moi, se nomme la bouffe. Et le plus embêtant, c’est que, de la bouffe, j’en ai besoin pour vivre…

C’est parti!!

C’est fait ! Hier, je me suis inscrite aux rencontres Weight Watchers. Ce n’est pas la première fois, mais je compte bien que ce soit la dernière.

Il y a deux ans, en avril, j’y étais allée. J’avais convaincu ma cousine de m’accompagner. Puis, j’ai lâché. Elle, elle a continué. Elle a tellement maigri. Elle est tellement belle. Je suis tellement contente pour elle.

Moi, ce n’était pas mon tour… Je n’étais pas prête même si je le pensais. Je crois vraiment que la perte de poids, c’est une question de « timing ». Je n’ai jamais réussi à persévérer quand je suis dans un état d’esprit d’urgence, de « il faut… ».

En ce moment, j’ose vous dire que je pense que c’est la bonne fois. Je n’entrevois pas cette perte de poids avec anxiété. Je l’approche doucement. Je me donne du temps… Avant, je voulais perdre vite. Là, je me donne quatre ou cinq ans pour perdre mon poids. J’ai pratiquement deux cents livres à perdre… Si je perds une livre, c’est une livre de moins. Si c’est 0.2, ben c’est 0.2 de moins. C’est comme ça que je le vois, cette fois-ci.

Et n’attendez pas de palmarès de perte de poids, de thermomètre, de règle mesurant mes progrès. Il n’y en aura pas. Je ne compte pas non plus venir vous annoncer à chaque semaine ma perte ou ma prise de poids. Je ne me mettrai plus de pression. Je préfère me concentrer sur mes comportements, mes sentiments, mes émotions,… C’est plus ça qui va m’aider… N’empêche que je vais peut-être vous partager ma joie suite à des pertes à l’occasion. C’est le fun aussi…

Alors, c’est parti ! Mon défi cette semaine ? On part à l’extérieur de la ville en fin de semaine… Resto, resto, resto…

La vérité sort de la bouche des enfants

Quel beau temps que nous avons ces temps-ci ! De la vraie température estivale ! Je trouve ça tellement agréable. Dormir la fenêtre ouverte et se faire réveiller par le chant des oiseaux, je réalise que j’adooore ça. La vie nous a pris de court. La semaine passée, j’avais encore mes bottes d’hiver ; aujourd’hui, j’aurais besoin de mon linge d’été. Malheur ! J’ai fini la saison passée en jetant plein de linge usé… Je dois refaire ma garde-robe. Mais ça ne me tente pas. J’aurai à m’acheter des vêtements d’une grandeur qui ne me tente pas. Et je dois aussi dire que je n’ai aucunement le goût de me dénuder… Aucunement envie d’avoir moins d’épaisseur sur moi… J’ai envie de me cacher…

Je ne suis pas bien dans ma peau. Ça fait un bout d’ailleurs. Je ne prends plus soin de moi. Comme si je ne me trouvais plus importante, attrayante… Je ne me maquille presque plus, je m’habille sans coquetterie, je ne porte plus de bijoux autant, je ne me mets plus de crème pour le corps aussi souvent, je ne me fais plus de pédicure moi qui étais une Miss Beaux Pieds… Comme si ça ne valait plus la peine. Comme si je n’en valais plus la peine…

Hier soir, j’ai eu un coup de masse en pleine face. C’est ma fête bientôt et ma mère m’avait fait un souper de fête avec toute ma famille. Ma nièce de quatre ans m’a regardé et m’a dit, comme si elle me faisait un super compliment : « T’es grosse matante. T’as un gros ventre. Je t’aime ! » et m’a serré dans ses bras. J’ai été estomaquée. Puis, j’ai entendu mon neveu, en soirée, dire à mon amoureux : « Matante a un très gros bébé dans son ventre. Regarde, il est gros ! »

Deux, le même soir !! Remarque qu’ils se sont peut-être parlés… Ça fait mal ! Ben oui, ils sont jeunes. Ben non, ils ne comprennent pas ce qu’ils disent ! Ben oui, j’ai de la peine. Ce qui est le plus difficile, c’est que ma famille n’est pas composée de personnes minces. Presque tout le monde a un surplus de poids… Mais je dois être la pire. Je suis la plus obèse…Ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ?

Re-bonjour

Je m’ennuie de venir écrire ici. Je voulais continuer à parler d’habitudes de vie en enlevant le côté très personnel de ce blogue. Puis, j’ai réalisé que c’est ce que j’aimais. Toutefois, je réalise aussi qu’il y a des choses qui me plaisaient moins. Je me mettais de la pression pour perdre du poids. J’avais l’impression d’avoir deux modes: je me plains et je suis motivée. Quand la motivation baissait, je me plaignais et je me disais que je ne devais pas être intéressante à lire.

Dans le fond, j’ai besoin de venir jaser ici. Que ce soit de belles ou moins belles choses. Je mets mes tripes sur la table et ça fait du bien. Je traîne un boulet dans ma vie qui est mon surplus de poids. Je n’arrive pas à éliminer ce poids une fois pour toute. Mais j’ai besoin d’en parler parce que ça m’habite jusqu’au plus profond de mon être. Ma vie entière est teintée de ce boulet. Et souvent, très souvent, sans que personne ne s’en rende compte.

À très bientôt…

Une journée presque parfaite….

Aujourd’hui, c’était une grosse journée. J’avais ma journée de travail, mon rendez-vous annuel chez le médecin et une rencontre avec la propriétaire du centre Curves pour commencer le programme de gestion de poids…

La journée au travail était normale. Demain, ce sera du sport, mais aujourd’hui, quelques réunions… c’est tout.

Puis, mon rendez-vous chez le médecin. Mon Dieu que mon médecin est bête!!! Quand j’ai voulu lui parler du programme Curves que j’ai commencé, je voulais un peu son point de vue. Elle me répond : »Ben là, t’es ici pour un examen. On ne peut pas jaser et faire l’examen, on n’a pas le temps. Va falloir que tu reviennes… » Quoi?? Elle m’a harcelée, fait pleurer plus d’une fois sur mon « manque de volonté » et là… J’étais bouche-bée… Je comprends qu’il y a des gens qui attendent, mais franchement!! En tous cas…

Le clou de ma journée fut mon rendez-vous pour le programme de gestion de poids. La dame est tellement, mais tellement gentille! J’ai passé une heure avec elle. Elle m’a tout expliqué, elle m’a écouté. Une femme qui m’expliquait qu’elle n’a jamais eu de problèmes de poids, mais elle a fait une crise cardiaque il y a 5 ans. Elle fumait, s’alimentait mal, me bougeait pas… Dure à croire en la regardant… Une véritable inspiration pour moi. Et elle est très disponible et généreuse de son temps. Je suis emballée et motivée… tellement! Je sens que j’ai trouvé une vraie perle pour m’aider….

Je suis très contente de l’encadrement que j’aurai. Je la rencontre seule à seule une heure quand je veux (je dois payer, mais je ne trouve ça vraiment pas cher…), mais sinon, je me fais peser gratuitement chaque semaine. Et comme je fais partie du programme de gestion de poids, si je ne vais pas me faire peser, elle va m’appeler pour savoir ce qu’il y a… Et je ne parle pas du contact au gym au quotidien. Je vous dis, je ne pensais jamais tout trouvé ça à cet endroit…

J’ai vraiment tout ce qu’il faut pour réussir. À moi d’en profiter!!!

Semaine en dents de scie

La semaine passée fut spéciale. Ça a commencé en lion et ça s’est terminé en mouton… D’abord, ça a bien commencé. Malheureusement, en milieu de semaine, je fus frappée par du stress, voire même de l’anxiété… De vieux démons… Dans ce temps-là, je suis incapable de manger. Mais quand l’anxiété quitte, je me reprends en double. Je mange souvent mes émotions. Et ce fut le cas… Incapable de reprendre le droit chemin. C’était juste n’importe quoi… rien de dramatique, mais rien d’excellent non plus.

Bilan sur la balance: je me suis maintenue. Avec la perte de poids que j’ai eue la semaine passée, c’est correct. Je vais bien faire ça cette semaine.

Hier, je suis allée au spa Le Nordik, près de chez moi. Grosse journée de relaxation. J’adore ça. J’ai réfléchi beaucoup, médité. J’ai pris de nouvelles résolutions pour ma vie actuelle. Il n’y a pas juste le poids… j’ai pris d’autres décisions afin de continuer de mieux m’épanouir dans la vie.

Bonne semaine tout le monde!

Réflexion #2

Je me suis laissé du temps de réflexion avant de décider quelle méthode choisir pour reprendre ma santé en mains. Et cela doit se passer en ayant une alimentation saine et de l’activité physique.

J’ai devant moi, pour l’instant, deux choix. Retourner dans un groupe Minçavi ou me prendre en mains seule, par moi-même. Voici les fruits d’une première réflexion. J’ai fait ressortir les « pour » et les « contre » pour moi.

Minçavi

Pour:

  • Soutien du groupe et du personnel
  • Motivation accrue
  • L’impression de m’être engagée envers d’autres gens fait qu’on y pense deux fois avant de dévier du programme / j’ai en quelque sorte des comptes à rendre
  • Sentiment d’être plus encadré

Contre:

  • Stress de la balance: peut me conduire à l’anxiété et me faire manger
  • Programme avec des interdits (plus de protéines et moins de féculents que je voudrais et ce n’est pas nécessaire)
  • $
  • Réunion et attente pour se faire peser: souvent deux heures le lundi soir
  • Sentiment plus fort de privation

Moi seule

Pour:

  • Moins de stress
  • JE décide du programme qui me convient donc moins d’interdits déplaisants
  • Je me pèse quand je veux=plus encourageant (je ne ferai pas exprès pour me peser si j’ai mes règles ou si je fais de la rétention d’eau)

Contre:

  • Moins de sources de motivation
  • Aucun soutien réel
  • Je peux plus facilement dévier de mon programme sachant que personne ne peut vraiment le constater
  • Moins engageant

Évidemment, certains pèsent plus que d’autres. Je continue de réfléchir. D’un côté comme de l’autre, il y aura un travail psychologique à faire.

Si je décide de fonctionner seule, je dois m’engager envers moi-même et faire en sorte que ça compte. Va peut-être falloir que je m’entoure de gens pour m’encourager aussi.

Si je décide d’aller chez Minçavi, va falloir que je m’enlève de la tête ce sentiment de privation/d’interdits. J’aime le fait qu’on soit encadré et, en même temps, ça me met une trop grosse pression. On s’entend que c’est moi qui me la met aussi…

D’une façon ou d’une autre, il y a quelque chose dont je dois me débarasser, c’est le sentiment d’échec qui m’habite quand je pense à mon poids, ma santé. Professionnellement, je suis tellement solide. Mais quand arrive ma vie personnelle, j’ai souvent l’impression d’avoir tout raté…

Ma réflexion se poursuit. N’hésitez pas à me faire part de vos réflexions.

2010 vs 2011

2010 aura été une année assez catastrophique pour ma santé. En fait, pas vraiment de problèmes nouveaux, mais j’ai vraiment eu beaucoup de difficultés à contrôler mon alimentation. Aucune perte de poids, voire une prise. J’ai bien peur que côté santé, ça ne soit pas la joie. Ma pression artérielle a évidemment augmenté, je suis moins en forme, plus essoufflée, etc. Je continue d’avoir des douleurs qui accompagnent ce surplus de poids.

Évidemment, pour 2011, je me souhaite mieux. Je suis toutefois perplexe. Pas sûre que de me lancer un nouveau défi soit la solution… J’y réfléchis…

À bientôt!!

Je songe sérieusement à vous revenir… 

J’étais tannée de parler d’émotions, de privations, mais surtout d’être confrontée à mes échecs. J’avais besoin de penser à autre chose…

Je songe de plus en plus à revenir vous jaser…

Parce que je m’ennuie et que j’aime parler de nutrition et de bonnes habitudes alimentaires…

À bientôt!!