Mes outils

En janvier passé, j’ai essayé de perdre du poids avec Weight Watchers en ligne. Pour 22$, on m’offrait tous les outils en ligne. C’était merveilleux, mais je n’ai rien perdu. En vérité, je perdais, je reprenais au gré de mes fantaisies. Moi, quand je ne rends pas de comptes à quelqu’un (en matière de perte de poids, on s’entend!!), ça ne marche pas. Les dames chez Weight Watchers ne me chicanent pas. Mais l’orgueil me guide. Je trouve ça gênant de monter sur la balance et de prendre du poids. Je me sens obligée de me justifier (même si j’ai juste l’air plus pathétique encore…)

Donc, depuis le mois de mars, je vais aux rencontres et j’ai toujours droit aux mêmes outils sur le web. J’ai perdu 35 livres. Je trouve ça difficile depuis juin. Je prends, je perds… Mais savez-vous quoi? Si ce n’était pas de ces rencontres, j’aurais tout lâché, ça fait longtemps!!!!

J’aime mes mardis soirs où je jase avec les autres personnes en perte de poids, mon animatrice ou les autres employées qui nous pèsent. J’aime vraiment ça. Et ça m’encourage comme ce n’est pas possible. J’adore mon animatrice, mais ça, je vous en reparle plus tard, car ça va être long…

Finalement, ce qui m’aide aussi beaucoup, ce sont le forum sur le site WW et les pages Facebook auxquelles je suis abonnée. Une communauté extraordinaire qui a le même problème que moi et qui travaille de la même façon à le régler. C’est réellement merveilleux!!

Puis hier, grâce à ces réseaux, une dame m’a informée que le tapis roulant que je songeais à acheter était en vente chez Canadian Tire. Au lieu d’être 1599.99$, il était 449,99$. Quand on parle de « deal », ça c’en est tout un!!!! J’ai vraiment hâte de l’essayer… Je vous en redonne des nouvelles!!!!

Mon modèle de beauté

Je ne suis pas comme les autres. Je ne souhaite pas vraiment être mince. Je veux être en santé et bien dans ma peau.

J’adore la chanteuse Adele. Je la trouve superbe. J’aimerais juste être comme ça. Je l’ai déjà été et, pour moi, c’est parfait…

Voici un post que j’ai écrit sur un autre blogue d’opinion que j’ai avec une amie…

http://2grainsdesel.wordpress.com/2011/08/20/adele-dans-le-elle-quebec/

Je n’arrive pas à mettre le lien autrement… bizarre!!

J’ai le goût de crier!!!

Je n’en peux plus du travail. Je corrige tout le temps. Aujourd’hui, j’ai rencontré mon patron à propos de ma tâche pour l’an prochain. J’ai fait des concessions pour accommoder un collègue (les 13 autres ne voulaient rien concéder) et voilà que je me retrouve avec une « merde » dans MA tâche. Mon patron ne comprend pas trop le problème. Ma mère a une expression qui dit: « Fais du bien à un cochon et il viendra chier sur ton perron ». C’est exactement ça qui m’arrive.

En plus, j’ai du ménage à faire à la maison, une cour à travailler (une montagne de terre m’attend), des repas à préparer, de bonnes habitudes à maintenir, etc. Et j’ai du temps pour rien.

Aujourd’hui, mon amoureux était avec sa mère. Je lui avais demandé de ne pas l’apporter chez nous, la maison étant sans dessus-dessous. Je suis arrivée à la maison les larmes aux yeux à cause de ma journée au travail et qui qui arrive? Ma belle-mère. Je sais que je n’étais pas trop accueillante. J’avais envie de pleurer et j’étais gênée de la maison. Puis, elle est sortie avec mon amoureux voir la cour et je l’ai entendu chuchoté que je n’étais pas très accueillante et des commentaires sur la maison. Bref, je pleure depuis. J’ai mangé un énorme plat de noix, un hot-dog, du fromage, mais il n’y a tellement rien à manger chez moi (pas le temps de faire l’épicerie) que ça s’est arrêté là! Osti que je suis tannée! J’ai mes règles et ça paraît. Je ne serais pas si démoralisée sinon. Mais là, ça ne va pas. Et j’aurais franchement le goût de crier!!!!!!!!!

Trop déçue pour chercher un titre!

Pour que vous compreniez ce que je vis, je dois vous dresser un petit portrait de mon amoureux et sa mère.

Mon amoureux n’a pas de malice. Jamais il ne voudrait me faire de la peine. Mais il est gaffeur, dit des choses déplacées qu’il regrette aussitôt dites et est incapable de garder un secret. Il oublie que c’est un secret. Je vous le jure. Il a tellement gaffé et l’a tellement regretté fort qu’il ne peut pas faire exprès…

Sa mère est très spéciale. Un peu comme lui, elle est gaffeuse et dit des choses déplacées, mais elle, elle ne les regrette pas nécessairement. Donc, c’est la parfaite belle-mère qui dit toutes sortes de maudites niaiseries qui te blessent. Elle semble innocente et ignorer que ça fait de la peine, mais je n’en suis pas si sûre.

Dans un ancien post où j’exposais mon interrogation quant à dire aux gens qui m’entourent que j’avais commencé Weight Watchers, je vous avais spécifié que je ne voulais pas le dire à ma belle-mère. Vous me voyez venir… Additionnez!

Amoureux gaffeur + ne sait pas tenir un secret + moi qui ne veux pas qu’il parle de ma démarche à sa mère + conversation avec sa mère cet après-midi = La belle-mère est au courant que je vais chez Weight Watchers pis qu’en plus ça n’a pas bien été cette semaien, j’ai pris du poids!!!!!!!!!!!!!!!!!

Aaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhh! J’ai carrément petté une crise de l’armes au dit amoureux. Il regrette. Il regrette tellement…

La situation est la suivante: hier, j’ai averti mon amoureux que je prenais des mesures sévères à partir de ce matin pour perdre du poids cette semaine. Que mes restos de la semaine passée m’ont peut-être plus nui que je le croyais. Cet après-midi, sa mère l’appelle pour aller souper au resto avec nous, car son condo est dans un bardas car elle le fait peindre. Et c’est là que l’Amoureux s’échappe et lui dit qu’il allait y aller, mais que moi, j’étais chez Weight Watchers et comme ma dernière semaine n’a pas bien été et que j’avais pris du poids, probablement que je ne voudrais pas suivre.

J’en pleure! Je ne suis pas fâchée contre l’Amoureux. Je le connais, je sais que ça lui a sorti de la tête que c’était un « secret », lui n’ayant aucun secret et je le soupçonne de ne pas comprendre pourquoi les gens voudraient cacher des choses.

La dernière fois que j’ai entrepris de perdre du poids et que mon amoureux lui a dit, j’ai eu droit à toutes sortes de commentaires poches. Genre « C’est une bonne idée de perdre du poids, tu ne peux pas tomber enceinte comme ça, ça pourrait mettre la vie du bébé en danger. Ce n’est pas ça que tu veux, hein? » Et j’en oublie. De toute façon, quand je fais attention à ce que je mange, elle me dit toujours, sans savoir si oui ou non je suis en démarche de perte de poids: » Ah! T’es à la diète!?!  C’est pas facile perdre du poids, hein? Moi, bla bla bla… » Elle est tellement égocentrique que de toute façon tout tourne autour d’elle.

Là, mon amoureux est parti souper avec elle. J’ai trop pleuré pour me pointer la face là. Si elle me pose des questions ou me dit des commentaires, je crois que je vais éclater en sanglots. Non, je vais me faire un souper santé et écouter un film en attendant mon amoureux. De toute façon, ils ne seront pas long, ils n’ont jamais rien à se dire.

Ça me fait tellement chier… (excusez mon langage! je me retiens pour ne pas sacrer… mais dans ma tête, ouch!)

L’annoncer ou non?

Depuis jeudi, je suis retournée chez Weight Watchers, comme vous le savez. Ce n’est pas une diète sévère, on peut continuer de manger pas mal de tout, mais on doit surveiller les portions et la qualité des aliments qu’on mange. On doit aussi bouger davantage. Théoriquement, on peut continuer notre vie et avoir une vie sociale sans que ça paraisse trop. Probablement que les gens qui nous connaissent bien remarqueront nos meilleurs choix… C’est possible. Sinon, rien n’y paraît… jusqu’à ce que notre corps nous trahisse en fondant comme neige au soleil.

Si je fais cette introduction ce matin, c’est que je me pose la question suivante: »Dois-je parler des changements que j’apporte dans ma vie ou je peux garder ça pour moi?? » C’est un dilemme et un couteau à double tranchant.

Je sais qu’en en parlant à mes proches, de façon générale, ça va être reçu avec bonheur. Les gens se soucient probablement de ma santé et doivent s’inquiéter de ma récente prise de poids. Toutefois, il y a des gens comme ma belle-mère (qui a aussi un problème de poids) qui en font tout un plat. La dernière fois que mon mari lui avait dit que j’essayais de perdre du poids, on allait souper chez elle. Et là, j’ai eu droit à « Toi, tu peux pas manger ça, donc je t’ai fait ça! » (en passant, je pouvais en manger…), « Ah! Tu manges ça? », mais surtout « Ouin, faut que tu perdes du poids, tu peux tomber enceinte comme ÇA! » en me pointant, la moue quasi-dédaigneuse…

Du côté de ma famille, les gens comprennent. Ils m’ont déjà vu perdre du poids, connaissent eux-mêmes le combat, s’il y a un endroit où je suis très à l’aise, c’est bien là.

Du côté du travail, ça me fait très peur. Comme j’enseigne dans une école secondaire, j’ai énormément de collègues. Par expérience, lorsque ça commence à paraître, tout le monde t’assaille de compliments, mais avec un « lâche pas! » ben spécial. Genre « il était temps que tu fasses quelque chose, ne retourne surtout pas où tu étais ». C’est sûr que c’est mon interprétation, que ça se veut gentil, mais moi, la dernière fois, ça m’a tué. Je me suis mise à ressentir une pression de leur part et j’ai paniqué en prenant du poids. J’imaginais tellement ce qu’il se disait en eux-mêmes ou même peut-être entre eux….

C’est sûr qu’un jour, ils le sauront tous. Comme je me le répète, cette fois-ci, c’est LA bonne fois. Donc, ils vont tous suivre mes progrès sans exception. Toutefois, aujourd’hui, à qui j’en parle. En ce moment, ma cousine (avec qui je m’y rends), son mari et mon mari sont au courant. C’est tout. Aucun autre ami, membre de ma famille ou collègue. Au fur et à mesure, je le dirai à mon entourage, c’est certain. Mais à qui? Puis, je dois réfléchir et me préparer aux remarques.

Cette démarche est personnelle. Elle ne regarde personne. Mais je dois accepter que les gens peuvent être maladroits ou même jaloux. Mais ce ne devrait pas être mon problème, mais le leur.

Si je le dis, j’ai l’impression de rendre la chose officielle, mais je me rends vulnérable aux niaiseries de tous et chacun. Si je n’en parle pas, je continue mon dialogue intérieur motivant et confiant et je n’ai pas les commentaires des autres, mais est-ce que je me laisse une porte ouverte à l’abandon éventuel?

Non, jamais, cette fois, je n’abandonnerai pas. On dit de ne pas dire « jamais »et « toujours » mais je le dis quand même! Car je dois TOUJOURS y croire à jamais!!!